Barack à frites.

Publié le par Bo

Vous êtes où bordel ? Ou êtes vous tous passé ? Parti fumer une clope dehors, parceque, ça y est la cigarette est devenue l'ultime arme de déstruction sociale massive ? Parti pisser pendant la pub qui vous donnera pourtant l'éspoir d'avoir une vie décente grâce à une haleine encore plus fraîche et des dessous de bras qui sentent les lendemains qui chantent ? Parti pour un ailleurs où l'éspoir n'est pas encore devenue complétement has-been, où les croyances en quelqu'un d'autre que vous-même  sont inutiles ? Où êtes-vous ? j'ai traîné dans tous les bars , dans toutes les soirées, et tout ce que j'y ai vu, c'est moi, en moins bien. Où êtes vous bordel ? Même dans mes rêves, vous n'y êtes pas. Y a des chinois, des culs, du flou, du distordu, du cauchemar. Il y a des cauchemars dans mes rêves, mais aucune trace de vous. Les vacances sont finies. Finies. Fini la fuite , fini les rêves qui naissent pendant la parenthèse en chantier. Fini le soleil qui fait oublier à votre corps qu'il est pâle le reste de l'année. Fini l'alcool qui ne fait pas culpabiliser parceque le rosé des vacances est sympa avec la friture,  alors que le rouge avec des monster munchs devant Docteur House n'est là que pour vous faire oublier que vous regardez une série américaine faite par des vendeurs d'assurance-vie.
Ou êtes vous ? Avez vous rejoint une secte ? Si oui, laquelle ? Tout mais pas le modem ( sorry, Léo). L'extrême centre est le pire. Quitte à être extrême, soyez le vraiment, soyez racistes, soyez anti-capitaliste, vous finirez de toute façon par rencontrer l'autre extrême et plus on est de fous plus on rit. Vous vous êtes inscrit au cours Florent Pagny ? Vous voulez être acteur, sans que l'on vous prenne votre liberté de pensée, et c'est un beau projet. Je vous salue bien bas. Si vous réalisez que votre liberté de pensée se limite à votre milieu, votre famille, votre passé, et que finalement, cette liberté a la taille d'une boîte à outils, téléphonez moi, on aura sûrement plein de choses à se dire.
Vous êtes peut-être parti pour un pays très étranger pour être loin de tout ? Souvenez-vous juste qu'on habite tous au bout du monde, où que l'on soit. Vous êtes peut-être juste à côté, en fait. Désolé , je ne vous ai pas vu, mes yeux sont embués , ils ont vu des choses qu'ils auraient préféré ne pas voir. Rapprochez vous, mes mains , elles , sont encore sensibles.

Publié dans Bo n'a rien à dire

Commenter cet article

Olichebo 16/09/2008 13:28

I'm back ! Si tu veux, on se voit au concert de Spinto Band le 24. OK ?

gerard depardieu 14/09/2008 02:36

Vous êtes brillant, je vous aime.